Le territoire limnique, une alternative à la gouvernance des plans d’eau par masses d’eau? - Université d'Orléans Access content directly
Journal Articles Vertigo Year : 2017

The limnic territory, an alternative to the governance of water bodies through water masses?

Le territoire limnique, une alternative à la gouvernance des plans d’eau par masses d’eau?

Abstract

The current governance of bodies of water within French territory by "water masses" and "watersheds" is the result of a rich history, both scientific and regulatory. However, it proves unsatisfactory in its failure either to take into account limnological diversity or to integrate the lentic question within a codified approach which is preferentially and partially potamological. Hence, the question arises of the relevance of the spatial perimeters used. A geographical, geosystemical, then regional approach based around ‘water territories' has allowed research and mentalities to develop, but the multiplicity of territories generated constitutes a brake against the questioning of the power of hydraulic engineers. And yet, by fully integrating systemic approaches and those of the social sciences, it is possible to consider malleable forms of regionalization according to the criteria and periods and more appropriate to the objectives of "good water status" which have been set at the European level. The widening of limnological science to cover man-made lakes, ponds and other wetlands (instead of the only referring to lakes) opens new perspectives in the broader context of the role of water within the climatic fluctuations. Thereby gaining a broader understanding of the morphological and spatial diversity of the lentic corpus, it becomes possible to observe both systemic and spatial discontinuities and hence to discuss their origins or palimpsest character. The territorialization of these human-environment-body of water relationships thus produces a new concept, the limnic territory, which aims at being operational.
La gouvernance actuelle des plans d’eau au sein du territoire français par « masses d’eau » et « bassins versants » est le fruit d’une riche histoire, tant scientifique que réglementaire. Pourtant, elle se révèle insatisfaisante tant dans la prise en compte de la diversité limnologique que dans l’intégration de la question lentique au sein d’une démarche codifiée préférentiellement et partialement comme potamologique. Se pose alors la question de la pertinence des périmètres spatiaux usités. L’approche géographique géosystémique puis régionale par « territoire de l’eau » a permis de faire évoluer recherches et mentalités, mais la multiplicité de territoires générés constitue un frein contre la remise en cause de la toute-puissance des hydrauliciens. Pourtant, en intégrant pleinement les démarches systémiques et les approches des sciences sociales, il est possible de réfléchir à des formes de régionalisation malléables selon les critères et les époques et répondant davantage aux objectifs de « bon état de l’eau » fixés à l’échelle européenne. L’élargissement de la science limnologique aux étangs, mares et autres marais et non la prise en compte des seuls lacs ouvre en cela des perspectives nouvelles dans le cadre plus global du rôle de l’eau au sein des fluctuations climatiques. Appréhendant ainsi davantage la diversité morphologique et spatiale du corpus lentique, il s’avère alors possible d’observer des discontinuités tant systémiques que spatiales et ainsi disserter sur leurs origines ou leur caractère palimpseste. La territorialisation de ces relations Hommes-Milieux-Plans d’eau produit alors un nouveau concept, le territoire limnique, qui se veut opératoire.

Dates and versions

hal-02080073 , version 1 (26-03-2019)

Identifiers

Cite

Pascal Bartout, Laurent Touchart. Le territoire limnique, une alternative à la gouvernance des plans d’eau par masses d’eau?. Vertigo, 2017, Volume 17 numéro 3, ⟨10.4000/vertigo.18692⟩. ⟨hal-02080073⟩
69 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More