Rio+20 : la victoire du scénario de l'effondrement ? - Université d'Orléans Access content directly
Journal Articles Écologie & politique : sciences, culture, société Year : 2012

Rio+20: The Victory of the Collapse Scenario?

Rio+20 : la victoire du scénario de l'effondrement ?

Abstract

The United Nations Conference on Sustainable Development held in June 2012 (UNCSD Rio+20) has disappointed many participants and observers. The results are seen as somewhat inadequate in the face of urgent ecological, social, and economic situations and no clear alternative has emerged. In a context of global financial crisis and shifting geopolitical relations in favor of emerging nations, Rio+20 marks a return to the logic of realpolitik. Not only does multilateralism seem exhausted, but an integrated vision of sustainable development is also losing steam in favor of a return to crude developmentism in deregulated world markets. The increased pervasiveness of the private sphere in modes of environmental management and the incapacity of the international community to actually take into account finite resources is a manifestations of this political reality. Rio+20 reveals the difficulties that social movements (People’s Summit or those accredited to partake in the official conference) have in genuinely impacting international politics. Although it is difficult to draw a definitive assessment of Rio+20 so soon after the conference, nothing seems to enable the structuring, however urgent, of institutions and paradigms that will enable the establishment of Anthropocene policies.
La Conférence des Nations unies pour le développement durable de juin 2012 (CNUDD Rio+20) a déçu. Ses résultats ne sont pas en adéquation avec l’urgence écologique, sociale et économique, et aucune alternative ne semble vraiment émerger. Dans un contexte de crise économico-financière mondiale et de basculement des rapports de forces géopolitiques au profit des pays émergents, Rio+20 marque, à différents égards, un retour à une logique de realpolitik. Non seulement le multilatéralisme semble en panne, mais une vision intégrée du développement durable marque le pas face au retour à un développementalisme dur, dans un marché mondial dérégulé. La prégnance du secteur privé dans les modes de gestion de l’environnement et l’incapacité à prendre en considération la question de la finitude des ressources constituent d’autres manifestations de ce « réalisme » politique. Rio+20 marque enfin la grande difficulté des mouvements sociaux (qu’il s’agisse de ceux présents au Sommet des peuples ou dans l’enceinte de la conférence officielle) à peser sur les politiques internationales. Bien qu’il soit difficile de faire un bilan définitif de Rio+20 quelques mois après la fin de la conférence, rien ne prédispose à la structuration, pourtant urgente, des institutions et des paradigmes qui permettront de mettre en place les politiques de l’anthropocène.
No file

Dates and versions

hal-02268062 , version 1 (20-08-2019)

Identifiers

Cite

Denis Chartier, Jean Foyer. Rio+20 : la victoire du scénario de l'effondrement ?. Écologie & politique : sciences, culture, société, 2012, 2 (45), pp.117-130. ⟨10.3917/ecopo.045.0117⟩. ⟨hal-02268062⟩
76 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More