Le folium des enlumineurs, une couleur aujourd'hui disparue. Ce que nous rapportent les textes sur l'origine et la fabrication de cette couleur, son procédé d'emmagasinage sur un morceau d'étoffe et son emploi dans l'enluminure médiévale. Identification de folium dans des peintures du IXe s., du Xe s. et du début du XIe s. - Université d'Orléans Access content directly
Journal Articles Archéologie médiévale Year : 1996

Le folium des enlumineurs, une couleur aujourd'hui disparue. Ce que nous rapportent les textes sur l'origine et la fabrication de cette couleur, son procédé d'emmagasinage sur un morceau d'étoffe et son emploi dans l'enluminure médiévale. Identification de folium dans des peintures du IXe s., du Xe s. et du début du XIe s.

Abstract

Die uns in den fachlichen Abhandlungen des Mittelalters überlieferten Farbenrezepte sind nicht immer praktisch verwendbar, denn ihre Verfasser sind nur selten echte Praktiker der Malkunst. Andererseits haben in der Beschreibung der Farben und der Mittel, um die Farben zu gewinnen, die verwendeten Ausdrücke für verschiedene Materialien oder Verfahren fast nie eine aktuelle, leicht herauszufindende Entsprechung. Überdies kann ein gleicher Fachausdruck mehrere ganz unterschiedliche Bedeutungen aufweisen, z.B. eine Farbe oder ein Material bezeichnen, das zu ihrer Gewinnung dient. Da es sich außerdem oft um eine Komilation früherer, bisweilen unmittelbar von der Antike inspirierter Traktate handelt, wurden zahlreiche Rezepte gleichsam durch eine Anhüfung von Verwechselungen "verseucht", die zum einen aufgrund flaschen Lesens, zum anderen aufgrund von Schreibfehlern der Kopisten und hüufig auch durch willentliche Zusätze, die solche Abhandlungen aktualisieren sollten, auftraten. Einige dieser Schwierigkeiten können durch die Untersuchung der Miniaturen in Verbindung mit den Texten gelöst werden. Als Beispiel wird hier auf eine Studie über die Farbe Folium verwiesen, der man häufig in den alten Texten begegnet und die bereits seit langem von den Paletten der Maler verschwunden ist. Die gleichzeitig durchgefubrten Untersuchungen auf mitte-lalterlichen Miniaturen und bei den seltenen, in den "Droguiers" aufbewahrten, Farbenproben ermöglichten es, die Beschaffenheit dieser Farbe festzustellen ; ein weiteres Ergebnis dieser Untersuchungen war es, den Forsbestand einersehr alten Technik nachweisen zu können : nachdem man aus bestimmten Färberpflanzen ein Farbelement extrahiert hatte, vermochte man das Extrakt sehrgut zu konservieren, indem man Stoffstücke damit durchtränkte und somit seine Speicherung und gege-benenfalls seinen Transport erleichterte, bevor es fur die Ornamentik der Handschriften Verwendung fand. Bis jetzt ist das von den Miniaturenmalern verwendete Material höchst selten entdeckt worden, doch ihre uns überlieferten Werke sind zahlreich genug, auf daß ihre Untersuchung eine bessere Kenntnis der Materialien und der Maltechniken sichers-tellen kann ; diese leistet somit einen Beitrag zur Auswertung der alten Farbrezepte. In dieser Hinsicht schien uns die im Mittelalter unter dem Namel Folium seit dem IX. Jh verwendete Farbe ein durchaus exemplarisches Studienobjekt darzustellen.
The colour formulae found in technical works from the Middle Ages cannot always be put into practice, as one would wish. In fact, the authors are rarely actually painters themselves. The terms chosen to identify different materials or processes in both the descriptions of the colours and the means used to create them don't often have a modern equivalent. What's more, the same term can have several different meanings, for example to name a colour or the matter used to obtain it. Moreover, as the texts are often compilations of earlier papers, sometimes directly inspired by classical works, many of these formulae have been polluted by an accumulation of misunderstandings stemming from misreadings or copyist errors, and often by voluntary additions intended to update the studies. Bearing relation to the texts, the examination of the paintings themselves can be a great help in resolving some of these problems. We hereby present as an example a study carried out on the colour folium, colour often encountered in old formulae, yet long having disappeared from the artist's palette. The examinations carried out both on medieval illuminations and on some rare samples conserved in druggist's have enabled us to identify the nature of the colour and have shown up the permanence of a very ancient technique which consists of retaining the colouring agent extracted from certain dyeing plants efficiently by absorption in pieces of cloth. This helps with storage and transport, before the dye is used for decorating handwritten books. Although the discovery of illuminator's materials has so far been extremely rare, the ample illustrations produced by these artists are enough for us to be able to study them quite adequately, to learn more about the materials and the painting techniques used, thus contributing to the interpretation of ancient formulae. In this perspective, the colour named during the Middle Ages as folium, used in painting as early as the 9th century A. D., seems to constitute a quite exemplary case study.
Les recettes de couleurs que nous livrent les traités techniques du Moyen Âge n'ont pas toujours l'application pratique que l'on voudrait y trouver. Leurs auteurs sont en effet rarement eux-mêmes de véritables praticiens de la peinture. D'autre part, dans la description des couleurs et celle des moyens qui sont à mettre en œuvre pour les obtenir, les termes employés pour désigner différents matériaux ou procédés ont rarement un équivalent actuel facile à trouver. Au surplus, un même terme peut avoir plusieurs acceptions différentes, par exemple désigner une couleur ou le matériau servant à l'obtenir. En outre, s'agissant très souvent d'une compilation de textes antérieurs, parfois directement inspirés de traités de l'Antiquité, nombre de ces recettes ont été comme «polluées» par une accumulation de quiproquos résultant de mélectures ou d 'erreurs de copistes et souvent aussi, par des ajouts volontaires destinés à actualiser de tels traités. Pour résoudre quelques-unes de ces difficultés, l'examen, en relation avec les textes, des peintures elles-mêmes peut apporter une précieuse contribution. On donne ici l'exemple d'une étude portant sur la couleur folium fréquemment rencontrée dans les recettes anciennes et depuis longtemps disparue de la palette des peintres. Les examens réalisés à la fois sur des enluminures médiévales et sur de rares échantillons conservés dans des droguiers ont permis d'identifier la nature de cette couleur ; ils ont mis en évidence aussi la permanence d'une technique très ancienne qui consiste, après avoir extrait de certaines plantes tinctonales un principe colorant, à en conserver efficacement l'extrait en en imbibant des morceaux d'étoffe, facilitant ainsi son emmagasinage et éventuellement son transport, avant d'être employé pour la décoration des livres manuscrits. Si les découvertes de matériel d'enlumineur ont été jusqu 'à présent extrêmement rares, en revanche les œuvres que ces peintres nous ont laissées sont suffisamment nombreuses pour que leur étude puisse apporter une meilleure connaissance des matériaux et des techniques de peinture mis en œuvre, aidant ainsi à l'interprétation des recettes anciennes. Dans cette perspective, la couleur désignée au Moyen Âge sous le nom de folium et utilisée en peinture dès le IXe s. nous a semblé constituer un cas d'étude tout à fait exemplaire. tonales un principe colorant, à en conserver efficacement l'extrait en en imbibant des morceaux d'étoffe, facilitant ainsi son emmagasinage et éventuellement son transport, avant d'être employé pour la décoration des livres manuscrits. Si les découvertes de matériel d'enlumineur ont été jusqu 'à présent extrêmement rares, en revanche les œuvres que ces peintres nous ont laissées sont suffisamment nombreuses pour que leur étude puisse apporter une meilleure connaissance des matériaux et des techniques de peinture mis en œuvre, aidant ainsi à l'interprétation des recettes anciennes. Dans cette perspective, la couleur désignée au Moyen Âge sous le nom de folium et utilisée en peinture dès le IXe s. nous a semblé constituer un cas d'étude tout à fait exemplaire.
No file

Dates and versions

hal-02541737 , version 1 (14-04-2020)

Identifiers

Cite

Bernard Guineau. Le folium des enlumineurs, une couleur aujourd'hui disparue. Ce que nous rapportent les textes sur l'origine et la fabrication de cette couleur, son procédé d'emmagasinage sur un morceau d'étoffe et son emploi dans l'enluminure médiévale. Identification de folium dans des peintures du IXe s., du Xe s. et du début du XIe s.. Archéologie médiévale, 1996, 26, pp.23-44. ⟨10.3406/arcme.1996.883⟩. ⟨hal-02541737⟩
86 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More