La mémoire du collectif. Recherche sur la mémoire ouvrière : deux générations de métallurgistes à Vierzon - Université d'Orléans Access content directly
Theses Year : 2013

The memory of the collective. Research on working memory : two generations of steelworkers in Vierzon

La mémoire du collectif. Recherche sur la mémoire ouvrière : deux générations de métallurgistes à Vierzon

Abstract

In his work La Classe ouvrière et les niveaux de vie (1912), the French sociologist Maurice Halbwachs (1877-1945) elaborated a theory about social classes in which he justified some hierarchy among them by proving the existence of a « central hearth» : the more integrated the classes are, the closer they are from the hearth. According to Halbwachs, the working class is the most remote from the centre because of the isolation of the worker regarding the lifeless material in front of him during his working day at the factory. By criticizing Halbwachs theory about social classes – and more precisely what I called his « conceptual model of the working class » – I tried to link my research, the working memory, to Halbwachs theory about memory (Les Cadres sociaux de la mémoire : 1925 ; La Mémoire collective : 1950). This led me to highlight – against Halbwachs – the fact that if the individual memory is different from the social or collective one, the first being a mental faculty able to rememoration, and the second a rhetorical metaphor for a transcendental social object, this social memory needs to express through individual memories, the only ones we can observe. Leaning on an empirical material, more precisely a biographic research on two generations of steelworkers in Vierzon, I was able to state that there is a third object, that I will call « memory of the collective », between the individual memory and the collective or social one, and that takes shape of a kind of trend of memory. In other words,the memory of the collective is close to the capture of the collective memory by the individual one.This capture is linked to a contemporaneousness and a social condition of living (with differences between men and women, generations...). It includes three « social operations of the memory » : « the memorisation », « the rememoration » and « the commemoration ». As a consequence the analysis of the « memory items » allows to show that for instance what we call social domination of the working class is not linked to a central hearth as Halbwachs wrote but comes from an opposition between classes.
Dans La Classe ouvrière et les niveaux de vie (1912), le sociologue français Maurice Halbwachs (1877-1945) élabore une théorie des classes sociales où il justifie la hiérarchie des classes par l'existence d'un « foyer central » : plus les classes sont intégrées et plus elles se situent à proximité du foyer. Selon lui, la classe ouvrière occupe la place la plus éloignée du foyer central en raison de l’isolement de l’ouvrier face à la matière inerte tout au long de sa journée de travail à l’usine. C'est en critiquant la théorie des classes sociales de Maurice Halbwachs – plus spécifiquement ce que j'ai appelé son « modèle conceptuel de la classe ouvrière » – que j'ai tenté d'articuler mon objet de recherche, la mémoire ouvrière, à la théorie halbwachsienne de la mémoire (Les Cadres sociaux de la mémoire : 1925 ; La Mémoire collective : 1950). Cela m'a amené à mettre en évidence, contre Halbwachs, le fait que si la mémoire individuelle se différencie de la mémoire sociale ou collective, en tant que la première est une faculté mentale, capable notamment de remémoration, et que la seconde est une métaphore rhétorique désignant un objet social transcendant, il faut bien que cette mémoire sociale se manifeste d'une manière ou d'une autre dans les mémoires individuelles, les seules observables. En m’appuyant sur un matériau empirique, plus particulièrement une enquête biographique réalisée à Vierzon auprès de deux générations de métallurgistes, j'ai pu ainsi constater qu'il existe un troisième objet, que j'ai désigné par le syntagme de « mémoire du collectif », situé entre la mémoire individuelle et la mémoire sociale ou collective, et qui prend la forme d'une sorte de courant de mémoire. Autrement dit, la mémoire du collectif s'apparente à la saisie de l'expérience collective par la mémoire individuelle. Cette saisie est liée à une contemporanéité et à une condition sociale d'existence (avec des différences entre les hommes et les femmes, entre les générations, etc.). Elle met en jeu trois « opérations sociales de la mémoire » : la « mémorisation », la « remémoration » et la « commémoration ». En conséquence, l'analyse des « thèmes de la mémoire » permet de montrer notamment que le rapport de domination sociale, auquel est soumise la classe ouvrière, n'est pas lié à l'existence d'un foyer central comme l'affirme Halbwachs mais résulte d'une opposition de classes.
Fichier principal
Vignette du fichier
Thèse_Aucher.Laurent.pdf (4.82 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-02937129 , version 1 (07-12-2023)

Identifiers

  • HAL Id : tel-02937129 , version 1

Cite

Laurent Aucher. La mémoire du collectif. Recherche sur la mémoire ouvrière : deux générations de métallurgistes à Vierzon. Sociologie. Université Paris 7 Denis Diderot, 2013. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-02937129⟩
164 View
14 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More